français / english / 创瞰巴黎

Libéralisme et progressisme sont en crise, et avec eux c’est notre modernité qui tremble sur ses bases. Ce qui est en cause, c’est notre capacité collective à imaginer et construire le futur. L’essor des neurosciences et plus particulièrement de la neuropsychologie peut nous aider à « relancer » nos sociétés.

Aux États-Unis, des juges utilisent des logiciels évaluant la probabilité qu’un suspect récidive. Ailleurs naissent des start-up qui proposent d’anticiper l’issue des litiges et les indemnités potentielles. Si ces legaltechs offrent de nombreux avantages, elles ne sont pas sans risque pour la justice, qui pourrait devenir moutonnière, inéquitable et déshumanisée.

Morts de désespoir: un autre regard sur l’Amérique de Trump

Society April 24th, 2017, Angus Deaton / Professeur d'économie et d'affaires internationales à Princeton University, Prix Nobel d'économie 2015

Angus Deaton a consacré une partie de ses recherches à un problème négligé, la crise sanitaire qui touche les ouvriers blancs d'âge moyen aux États-Unis. Cette population connaît une forte augmentation de son taux de mortalité, que l'on n’observe pas chez les Afro-Américains, les Hispano-Américains, ou plus généralement dans les autres pays développés. Deaton évoque des morts de désespoir. Ce phénomène trouve sa principale explication dans les transformations du marché du travail, mais il implique de nombreux aspects de la vie. Il n'est pas étranger non plus à la montée du populisme aux États-Unis.

De quoi Facebook est-il le nom?

Society April 19th, 2017, Benjamin Hoffmann / Maître de conférences en littérature, Ohio State University

De Facebook est-il le nom? De l'avènement d'une société qui est l'image inversée de celle que le réseau social prétend promouvoir. Non pas une société de l'échange démocratique, où les individus échangeraient au sein d'une agora virtuelle des arguments opposés, mais une société où s'accentuent les antagonismes et s'accusent les différences dans une juxtaposition d'espaces cloisonnés; non pas une société du libre partage de l'information mais de l'exploitation commerciale des données que nous livrons chaque fois que nous visitons Facebook. Faut-il se détourner de ce réseau social et de tous ceux qui reprennent son paradigme?

Politique climatique: le Brexit aura-t-il des conséquences?

Society April 5th, 2017, Jan Svoboda / Département de géographie, Université de Bristol, Royaume-Uni

Au cours de ces dernières années, le Royaume-Uni a été l'un des pays les plus actifs de l'Union européenne dans les discussions relatives à la lutte contre le changement climatique. Certaines mesures adoptées avec succès à Londres ont même été présentées devant la Commission européenne en vue d'être reprises par les autres membres de l'UE. Mais le 23 juin 2016, les électeurs britanniques se prononçaient en faveur d'une sortie de l'Union, et le 30 mars le Premier ministre Theresa May a déclenché le processus. Comment cette décision affecte-t-elle la politique climatique au Royaume-Uni? Et en Europe?

Digital labor: les limites d’une pensée critique

Society April 4th, 2017, Dominique Cardon / Professeur à Sciences Po/Medialab, chercheur associé au Centre d'études des mouvements sociaux, EHESS/PSL Research University

Dans l'analyse et la compréhension d'Internet, la position de la sociologie doit être défendue: face à la tendance à l'économisation généralisée, elle offre des ressources et des références qui permettent de varier les points de vue, de considérer les pratiques sous un angle différent. Cette différence est salutaire. Mais dans le regard qu'elle porte sur Internet, la sociologie est elle-même un espace de débat et, osons le dire, de contradictions. Le digital labor en offre une illustration éclairante.

Des entreprises comme les autres? Une enquête sociologique sur des startups françaises

Society March 21st, 2017, Michel Grossetti / Directeur d'études à l'EHESS PSL Research University, Laboratoire LISST

Les jeunes entreprises innovantes font l'objet d'une mythologie de l'innovation qui a ses exemples classiques, ses lieux (MIT, Silicon Valley), ses théoriciens (Joseph Schumpeter et à sa suite l'économie de l’innovation), ses héros (d'Edison à Mark Zuckerberg). Mais derrière cette mythologie il y a une réalité. Qu'en dit la sociologie?

Révolution numérique et médecine 5P

Society March 17th, 2017, Julien Damon / Professeur associé à Sciences Po, président d’Éclairs

Dans le domaine de la santé, la révolution numérique tient en deux sujets : le big data (les données massives de santé) et la e-santé (les outils digitaux appliqués au domaine médical). La massivité et la disponibilité des données s'imposent comme un fait d'évidence. Ces données sont le support de la médecine de demain. Il en ressort une médecine préventive, prédictive, participative, personnalisée, pertinente.

Depuis quelques années, on voit émerger de nombreuses initiatives qui visent à utiliser les technologies numériques pour améliorer, voire renouveler, la démocratie. Ce sont les civic techs ou technologies civiques. Face à la crise que traversent les démocraties occidentales, elles visent à remettre le citoyen au cœur des processus démocratiques, en l'informant mieux, en lui permettant une plus grande participation et en lui donnant plus de pouvoir, et à contribuer à une plus grande transparence dans les affaires publiques.

La démocratie est-elle un marché comme un autre ? Peut-on bâtir un modèle économique pérenne sur des outils numériques dont l'objectif est de remettre le citoyen au centre du jeu démocratique ? Les interrogations sont très nombreuses pour cet écosystème en plein développement.

Si les civic techs sont indéniablement porteuses de solutions à la crise démocratique, elles ont aussi leurs limites. Bien que certaines touchent plusieurs millions de personnes, beaucoup peinent à remplir l'un de leurs objectifs premiers, à savoir élargir véritablement la participation à la vie démocratique.

L’université mondiale de demain: un nouveau type de puissance?

Society February 15th, 2017, Cédric Denis-Rémis & Armand Hatchuel / Directeur adjoint de Mines ParisTech (PSL Université Paris) & Professeur à Mines ParisTech, Chaire théorie et méthodes de la conception innovante

Le terme d'université recouvre aujourd'hui une grande variété de situations. Le temps aidant, cette situation pourrait se décanter avec l'émergence de plus en plus nette de deux grands types d'établissements universitaires : un modèle local, avec des Écoles et licences liées au développement régional ; et un modèle global, dont les prototypes se dessinent déjà avec des universités comme Harvard ou Oxford, mais aussi avec des acteurs émergents en Europe ou en Chine. Ce modèle global peut s'analyser comme un nouveau type de puissance universelle. L'hypothèse reste à vérifier, mais il est utile, dès aujourd'hui, d'en saisir les enjeux et les implications.

The City and the Valley. Comment San Francisco est devenue la ville du XXIe siècle

Society January 8th, 2017, Olivier Alexandre / Sociologue, Labex Icca et Cems-Imm/EHESS PSL Research University

La Silicon Valley est sortie de son lit historique pour se déporter vers de nouveaux territoires. Sa partie la plus vibrante se trouve aujourd'hui à bonne distance de son périmètre traditionnel (autour de Stanford), puisque c'est à San Francisco qui concentrent désormais plus de 30% des investissements de la Californie du Nord ; c'est là que sont installés les sièges sociaux de Twitter, Uber, Salesforce et Airbnb, au même titre que les startups encore inconnues du grand public mais objets de toutes les attentions des grands VCs de la région. Ce décentrement correspond à une configuration inédite, car la ville de San Francisco et la Silicon Valley entretiennent de longue date une forme de distance économique, sociale et symbolique.

La tendance à la personnalisation croissante de l'alimentation est le fruit de la convergence de très nombreuses avancées scientifiques et technologiques et de l'aspiration croissante des consommateurs à une individualisation des produits et des services et à une prise en compte de leurs préoccupations en matière de santé. Les opportunités en termes d'innovations apparaissent dès lors immenses. C'est ce qui explique en grande partie l'engouement actuel autour du secteur de la foodtech. Certaines de ces innovations sont d'ores et déjà sur le marché ou en quête d'investisseurs. D'autres sont encore à l'état de prototype ou de projet de laboratoire.

L'alimentation personnalisée ne se limite pas à une offre alimentaire de plus en plus individualisée visant à répondre aux besoins de chaque consommateur. Elle se caractérise aussi par la volonté du consommateur de maîtriser davantage ce qu'il consomme, sa façon de se nourrir et même l'élaboration du produit alimentaire en produisant, en transformant et en contrôlant sa nourriture via des technologies toujours plus sophistiquées, mises au service de ses envies et de ses normes de qualité.

Le pouvoir intellectuel à l’ère numérique

Society December 12th, 2016, Fred Turner / Directeur du département de Communication, Stanford University

La révolution numérique a redéfini notre culture littéraire et intellectuelle. Trois Américains illustrent ce processus : Norbert Wiener, le célèbre fondateur de la cybernétique ; Stewart Brand, un hippie des années 70 reconverti en entrepreneur à succès ; et, plus récemment, Tim O’Reilly, l’inventeur de formules comme « Web 2.0 » et « open source » qui ont un profond impact sur notre façon de voir le monde. Ces intellectuels d’un nouveau genre travaillent à la façon d’entrepreneurs de réseau.

Qualité de l’air et transition énergétique: le cas français

Society December 10th, 2016, Jean-Luc Legoupil / Président, Renard Engineering and Communication

Les émissions de polluants atmosphériques ont considérablement baissé en France depuis 1990. Mais de nombreux progrès restent à accomplir, surtout en ville, dans les zones industrielles et aussi paradoxalement dans les campagnes: ces polluants sont devenus moins visibles et plus subtils, et se déplacent au gré des vents et au-delà des frontières. Dans ce domaine, une analyse scientifique rigoureuse est nécessaire pour permettre d'affecter nos moyens collectifs et individuels aux actions réellement les plus efficaces pour notre bien-être.

Revenu de base universel: les contradictions d’une idée simple

Society December 8th, 2016, Charles Wyplosz / Professeur d'économie internationale et Directeur de l'International Centre for Money and Banking Studies, Graduate Institute, Genève

La tentation d'une réponse simple à une question compliquée est souvent irrésistible, mais c'est aussi une promesse d'échec. Qui ne rêve d'éliminer la pauvreté? Malheureusement, le chemin du rêve à la réalité est parsemé d'embuches et les raisonnements trop simples, ou trop confus, sont un bien mauvais guide.

Bitcoin et banques centrales: vers une révolution monétaire?

Society November 25th, 2016, Jia Kai / Post-doctorant, Université de Californie à Davis

En sept ans, le réseau mondial de Bitcoin a atteint une valeur de 10 milliards de dollars et les banques centrales ont commencé à s'inquiéter des moyens de suivre la tendance, à la fois d'un point de vue systémique et technologique. Les débats sur la légitimité des monnaies numériques sont interminables, qu'il s'agisse de spéculations sur la possibilité qu'elles remplacent les monnaies fiduciaires, ou de la possibilité d'instituer un mécanisme de gouvernance comparable à celui des banques centrales.

La semaine dernière, Google, Facebook et Twitter ont promis de lutter, chacun à sa manière, contre les informations erronées, les discours haineux et autres exagérations, suite aux nombreuses critiques pointant l’impact de leurs algorithmes sur l’issue des élections présidentielles américaines. Mais ce débat, qui aurait dû avoir lieu plus tôt, laisse sans réponse de nombreuses interrogations préoccupantes.

www.parisinnovationreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : contact@parisinnovationreview.com / Landline : +33 1 44 50 32 89