français / english / 创瞰巴黎

Politique climatique: le Brexit aura-t-il des conséquences?

Society April 5th, 2017, Jan Svoboda / Département de géographie, Université de Bristol, Royaume-Uni

Au cours de ces dernières années, le Royaume-Uni a été l'un des pays les plus actifs de l'Union européenne dans les discussions relatives à la lutte contre le changement climatique. Certaines mesures adoptées avec succès à Londres ont même été présentées devant la Commission européenne en vue d'être reprises par les autres membres de l'UE. Mais le 23 juin 2016, les électeurs britanniques se prononçaient en faveur d'une sortie de l'Union, et le 30 mars le Premier ministre Theresa May a déclenché le processus. Comment cette décision affecte-t-elle la politique climatique au Royaume-Uni? Et en Europe?

Obligations vertes: pourquoi les États entrent dans la danse

Industries October 14th, 2016, Richard Robert / Directeur, Paris Innovation Review

On connaissait le billet vert, voici les obligations vertes. Cette valeur mobilière émergente, dont les émissions ne représentent encore à peine que 1% du marché obligataire mondial, a le vent en poupe. Utilisée principalement par des institutions, de grandes entreprises et des collectivités locales, elle vient de faire son entrée sur le segment de référence : les obligations souveraines.

Investissements verts: si le bâton ne marche pas, essayons la carotte!

Business February 8th, 2016, Robert Bell / Professeur de management et ancien président, Département des sciences économiques, Brooklyn College, City University de New York

Comment agir sur le changement climatique ? Le débat actuel se concentre sur la réduction de la consommation de carbone. Mais les instruments de politique économique disponibles aujourd'hui ne sont ni efficaces, ni réalistes. La taxe carbone et les permis d'émissions sont des systèmes coercitifs. Ils peuvent marcher… s'ils sont suffisamment contraignants. Or qui accepterait de subir un stalinisme vert? Plutôt la carotte que le bâton, donc. Dit autrement : il est temps d'exploiter la créativité de l'innovation financière pour faire œuvre utile.

Climat: le temps des investisseurs

Business January 17th, 2016, Vincent Champain / Directeur des opérations France, General Electric, co-président, Observatoire du long terme

Les engagements des Etats ne suffiront pas pour limiter le réchauffement à 2°C, et les contraintes juridiques sont faibles. Du point de vue des investisseurs, le fait principal est que la grande majorité des pays du monde viennent de marquer leur intention de faire plus contre le réchauffement climatique, c'est-à-dire d'augmenter le prix implicite futur des gaz à effet de serre, tout renforçant la crédibilité de cette augmentation et son caractère universel. Cette visibilité est la bienvenue, à un moment où apparaissent les signes d'un essoufflement de l'innovation en matière climatique.

COP 21: l’accord de Paris vu de Chine

Society January 15th, 2016, LIU Bo / Rédacteur en chef Idées et opinions, FT Chinese

Le 12 décembre 2015, après deux semaines de négociations laborieuses, les représentants de 195 pays ont adopté l'accord de Paris qui remplacera le protocole de Kyoto après 2020. Cet accord juridiquement contraignant est une réponse rationnelle de l'humanité à la menace qui pèse sur notre destin commun. La vision et la détermination de l'accord montrent qu'il est véritablement historique. Mais la route est encore longue et la coopération internationale, plus que jamais nécessaire face au risque de conflits climatiques, reste difficile.

Changement de climat sur la gestion d’actifs?

Business November 20th, 2015, Franck Silvent & Helena Charrier / Directeur du pôle Finances, stratégie et participations, Groupe Caisse des Dépôts & Directrice de projets Investissement responsable, Groupe Caisse des Dépôts

« With the growing risks of assets becoming stranded by responses to climate change, it might seem necessary to ask whether not adjusting your investment strategy is wise, let alone affordable. » On retrouve ici tout le sens britannique de l'euphémisme, dans la bouche d'un personnage rompu à la diplomatie économique. Ces propos ont en effet été tenus en septembre dernier par le Prince Charles, se faisant le relais d'une vague d'interpellations de la communauté financière sur la thématique climatique (Ban Ki Moon, Leonardo Di Caprio, Al Gore…), et d'une interrogation désormais régulière au sein de la communauté financière elle-même. De quels risques et quels actifs s'agit-il? Au-delà de l’aspect médiatique, le fond du sujet mérite quelques explications.

La tenue de la COP21 fournit l'occasion de faire le point sur le développement du captage et stockage du CO2. L'Agence internationale de l'énergie s'attend à ce que cette technologie contribue pour 15 à 20% à l'effort mondial de réduction des émissions de CO2 nécessaire à la réalisation de l'objectif, affiché à Copenhague, de limitation à 2° Celsius du réchauffement climatique à l'horizon 2100. Cela nécessite la mise en place en 25 ans d'une industrie de taille comparable à celle de l'industrie pétrolière. Quelles sont les perspectives aujourd'hui?

Energie et climat: que savons-nous?

Science and Technology January 20th, 2014, Valérie Masson-Delmotte / Paléoclimatologue, directrice de recherche, CEA

La combustion d'énergies fossiles est aujourd'hui la principale source de gaz à effet de serre. C'est aussi le principal vecteur de l'action de l'homme sur le climat. Mais ce lien entre énergie et climat est beaucoup plus complexe qu’il n'y paraît de prime abord. La connaissance scientifique progresse constamment, et surtout elle commence à se diffuser chez les acteurs: particuliers, collectivités ou entreprises. Où en est la science, et comment se joue l'appropriation de ses résultats? Comment le changement climatique affectera-t-il l'offre et la demande énergétique?

Fiscalité carbone: vrais et faux débats

Industries December 9th, 2010, Richard Robert / Directeur, Paris Innovation Review

L'échec du sommet de Copenhague a reporté sine die l'espoir d'un règlement politique international du réchauffement global. On a pointé les réticences des pays émergents et celles des Etats-Unis, sur un terrain où sont en jeu de puissants intérêts industriels. En Europe, le commissaire Semeta a vu repousser une proposition de taxe carbone, au motif que son impact économique serait incertain. Se pose donc une triple question. Où en est le débat théorique? Quelle forme prendront les prochaines avancées? Quels en seront les effets économiques?

Si la communauté scientifique est toujours divisée sur les causes du réchauffement climatique (même si, selon les sondages, pour 11 climatologues sur 12, les énergies fossiles sont bien les principales responsables), pour les non-initiés, la série de températures records, d'inondations et autres épisodes météorologiques extrêmes de 2010 a tranché le débat: la question n'est plus de savoir si le climat est en train de changer mais quel sera le prochain épisode.

Le changement climatique dû aux activités humaines

Science and Technology October 15th, 2010, Michel Petit / Ancien membre du Bureau du GIEC (Groupe Intergouvernemental d'experts sur l'Evolution du Climat)

Les activités humaines ont depuis le début de l'ère industrielle ajouté aux causes naturelles de nouvelles causes de variation climatique liées au changement de la composition de l'atmosphère qu'elles induisent.

Rarement un débat aura autant préoccupé l'opinion et les médias que celui qui fait rage aujourd'hui à propos de l'évolution du climat et de la responsabilité de l'humanité à son égard.

Il n'y a pas qu'en finance que les modèles mathématiques sont à la peine. La prédiction climatique affronte, elle aussi, les critiques de ceux qui imputent à des équations mal posées les dérives de "l'affaire" du réchauffement climatique, plus connue sous le nom de "climategate". A partir d'une question d'apparence simple - la terre se réchauffe-t-elle et si c'est le cas, les activités humaines en sont elles la cause ? - la communauté scientifique se déchire depuis une décennie avec une violence croissante. Car derrière cette question "simple" s'en cache une beaucoup plus profonde, plus politique et philosophique que scientifique : l'homme nuit-il à sa planète ?

La prise des pêcheurs japonais alourdie par des méduses ayant la taille de petits réfrigérateurs. Des tonnes d'algues vertes rejetées sur la côte bretonne, émettant suffisamment de sulfure d'hydrogène pour tuer un cheval et faire perdre connaissance à son cavalier. Plusieurs scientifiques pensent que ces phénomènes sont en fait des signes précurseurs de la manière dont le réchauffement climatique modifie l'écologie des océans.

www.parisinnovationreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : contact@parisinnovationreview.com / Landline : +33 1 44 50 32 89